Allez-vous accepter ce poste ?

shutterstocK

Bonne nouvelle, vos candidatures vous ont conduit tout droit en entretien d’embauche et à une proposition. Mais voilà, vous avez un autre poste en tête ou des hésitations. En recherche d’emploi, il est difficile de se dire qu’on va renoncer à un travail. En poste, on peut se dire qu'on prend un risque à quitter ses fonctions. Nos 5 points clés pour (bien) chosir. 

 

1. Vos doutes 

Avant tout, reprenez les éléments du poste et les missions proposées. Les environnements et conditions de travail vous semblent-ils propices à votre épanouissement personnel et / ou professionnel ?

Cela peut sembler évident, mais êtes-vous au clair sur ce qui vous fait douter ? Est-ce une question de salaire, loin d'être à la hauteur de vos attentes ? Un mauvais ressenti lors de l’entretien ? Une peur liée aux exigences du poste ? Faites face à ces doutes et essayez d’identifier quels sont vos moyens d’agir sur la situation. 

 

2. Un "non-choix" ?

Pour bien choisir, il faut vous poser la question du retour sur investissement. Autrement dit, qu'est-ce que je mise sur ce poste (des déplacements, une baisse de salaire, un intérêt modéré...) ? En retour, qu'est-ce que ce poste me rapporte ? Il peut s'agir d'un contrat de travail, d'une étape de parcours, d'une montée en compétences... 

 

- Jeune diplômé :

On peut être frustré parfois en début de carrière en considérant qu'on nous propose des postes en-dessous de nos compétences et du diplôme. Pourtant, cette étape est souvent nécessaire pour apprendre et faire ses preuves. Une carrière est un peu comme un escalier, avec des marches à gravir.

 

- Une période d'interruption :

Lorsqu'on a connu une période d'interruption ou que les perspectives d'embauche sont peu favorables, on peut être contraint de rabaisser ses exigences de poste. Parfois vécu comme un dépit et un "non-choix", on peut aussi y voir un tremplin, un pied à l'étrier. Vos compétences précédentes ne sont pas mises au rebus, au contraire. Tout résidera ensuite dans la manière de valoriser votre expérience dans votre CV. On sera là pour vous y aider ! Et puis, entre nous soit dit, rien ne vous empêche de continuer de chercher un emploi une fois en poste. 

 

Je me souviens de Cécile C., une ancienne chef de mission avec laquelle j'ai adoré travailler. Cécile venait de s’installer dans la région bordelaise et au regard du peu d’opportunités de poste, elle avait décidé d’accepter un poste en-dessous de ses compétences pour lui permettre de se relancer après plusieurs mois sans activité. Elle m’a alors confiée tout le bienfait de cette décision qui lui a permis de faire ses preuves et de devenir aujourd’hui directrice de sites dans cette même structure.

 

3. Vos gains à moyen terme !

Le rapport entre ce que je mise et ce que je gagne est-il suffisant ? Ce poste me permet-il de gagner en compétences, en intérêt, en sécurité de l'emploi ? Me permet-il de rebondir après ? On a souvent tendance à oublier les apports et perspectives à moyen terme.

 

4. D’autres postes en vue ?

Vous avez passé plusieurs entretiens mais un poste vous intéresse plus particulièrement. Des propositions certes, mais la plus intéressante se fait attendre. Ça arrive ! Plutôt que de faire un choix par dépit, relancez vos candidatures en cours. Contactez l’entreprise qui vous intéresse et expliquez votre situation. Certes le temps de réflexion de l'entreprise se comprend, mais leur offre vous correspondant davantage, vous souhaitez connaître leur décision ou les éléments en jeu pour donner votre réponse.

 

En revanche, refuser toutes les propositions d'embauche sans certitude de poste à la clé représente un risque. Pourquoi ? Parce qu'en disant non à toutes les opportunités qui vous sont faites, vous pourriez "vous griller" auprès des entreprises. Le retour en arrière peut ensuite être difficile. D'autre part, les temps de recrutement sont longs (en moyenne 2 mois) et parfois incertains. Les budgets peuvent être revus à la baisse entre temps... A force de chercher le poste parfait, on peut parfois finir par passer à côté.

Tant que vous n'avez pas de certitude sur une embauche, continuez vos candidatures et positionnez-vous sur les propositions. 

 

5. Rompre sa période d'essai 

Dans tous les cas, rassurez-vous, la période d'essai existe (même si ce n'est pas la meilleure solution !).

Pour un contrat en CDI, la durée maximale est :

- de deux mois pour les ouvriers et les employés ;
- de trois mois pour les agents de maîtrise et les techniciens ;
- de quatre mois pour les cadres.

La période d'essai peut être rompue à l'initiative de l'entreprise ou du dalarié. Un délai de prévenance est alors fixé.


Attention toutefois si vous êtes embauché en CDI, vérifiez les conditions pour démissionner et être indemnisé par Pôle Emploi dans le cadre de l'ARE (Allocation de Retour à l'Emploi). 

26/12/2017 par L'équipe éditoriale

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Vous allez passer un entretien d'embauche. Vous avez préparé les questions fréquemment posées mais …
29/05/2018 par L'équipe éditoriale
Vous venez de passer un entretien d'embauche. Ce poste, vous en êtes convaincu, est fait pour vous. …
29/05/2018 par L'équipe éditoriale