Profil expérimenté : postuler à des offres qui demandent moins d’expérience

id

Les profils ayant moins de 10 ans d’expérience seraient les plus recherchés par les recruteurs. Qu’en est-il lorsqu’on commence à franchir ce seuil ? Y-a-t-il une sorte de sélection liée à l’âge ? Alors que les employeurs peuvent avoir une idée de plus en plus exigeante du candidat « idéal », doit-on répondre aux offres demandant une expérience inférieure à la sienne ?

 

 

Ce qui inquiète les recruteurs

Certaines raisons évoquées par les recruteurs se comprennent. En jeu dans une hésitation, la crainte financière. Plus le candidat est expérimenté et plus on peut s’attendre à ce que légitimement, il demande plus de salaire à l'embauche.

« The » réponse : 

Dans ce cas, prenez en compte ce doute potentiel et si jamais le salaire proposé est bas et que le poste vous intéresse, négociez une réévaluation progressive de votre salaire sur une durée définie.

L’autre crainte serait que vous vous sentiez à l’étroit dans le poste proposé et avec assez peu de perspectives. Là encore, expliquez vos motivations sur ce poste et dans cette entreprise. Une équipe jeune peut parfois faire redouter des problèmes intergénérationnels ou plus concrètement, des écarts liés à un manager qui serait moins expérimenté. Adaptation à des environnements différents, flexibilité dans votre organisation de travail sont de vrais arguments et démonstrations à mettre sur la table. Je me souviens avoir entendu cette phrase un jour « on apprend plus vite qu’on ne désapprend ». Crainte inavouée mais réelle, démontrez le contraire.

 

La concurrence entre candidats

Le marché de l’emploi, il faut se le dire, est concurrentiel. Le problème n’est pas le candidat, ni même le recruteur, mais la concurrence. Pour contrecarrer ce point, exploitez vos réseaux personnels et professionnels. Sur le marché caché, les candidats sont de fait moins nombreux, vos chances d’aboutir le sont tout autant.

Le "candidat idéal "

 

Quand on définit un profil de poste pour une recherche de futur collaborateur, on va réaliser une analyse nous permettant de tracer le profil du « candidat idéal ». Tout est donc dit. Entre cette quête un peu « fantasmée » et la réalité, des marges de négociation sont ouvertes. Vous avez donc toutes vos chances si votre expérience et vos atouts sur le poste sont avérés. Ne vous arrêtez donc pas aux critères d’expérience. Evitez toutefois les annonces demandant un débutant ! L’écart sera trop important.

 

Ce que dit la loi ?

Le Code du travail (art L.1132-1) stipule qu'aucune personne ne peut être écartée d'une procédure de recrutement ou de l'accès à un stage ou à une période de formation en entreprise [...] en raison de [...] son âge.
Le Code pénal (art 225.1), lui, stipule que l'âge est un critère de discrimination.

 

Déjà tous seniors ?

Quand on débute sa carrière, l’expérience fait défaut et nous bloque. Passé un an d’expérience, notre candidature prend une belle plus-value, et ce jusqu’au seuil des 4 ans d’expérience, le graal des recruteurs. Passé 10 ans, la tendance s’inverserait. Partant de ce principe, il faudrait donc gérer sa carrière sur 10 ans seulement ?

Comble du paradoxe, dans la quête des talents tant prônée par les ressources humaines, on se priverait d’une diversité dans l'équipe de travail, mais aussi de beaux parcours. Au-delà des années d’expérience, il parait plus essentiel de se recentrer sur la valeur de l’expérience acquise et de la qualité du candidat présent. 

 

26/12/2017 par L'équipe éditoriale

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

“Quel métier veux-tu faire plus tard ?” Je ne sais pas vous, mais cette question m’a hantée pendant …
06/03/2018 par L'équipe éditoriale
Mars approche ! Dans le cadre de la Journée de la femme, zoom sur la situation actuelle des femmes …
26/02/2018 par L'équipe éditoriale